Le 8 mars, soutenons la candidature de Luc Hittinger à la présidence de l’université.

Le 8 mars prochain, le Conseil d’administration de l’UPEC élira le Président de l’université pour les quatre années qui viennent. Aux 24 membres du conseil issus du scrutin des 3 et 4 février derniers (14 élus enseignants et enseignants-chercheurs dont 8 pour nos listes « penser l’avenir, agir ensemble », 4 élus BIATTS et 6 élus usagers), s’ajoutent 8 personnalités extérieures nommées ou élues. Les collectivités territoriales (Ville de Créteil, Département du Val-de-Marne, Département de Seine-et-Marne, Région Ile-de-France) ainsi que l’INSERM ont désigné leur représentante ou représentant. Comme le prévoient les statuts et dans le respect des règles de parité qui prévalent désormais pour la formation des conseils centraux des universités, les personnalités extérieures représentant le monde socio-économique ont été élues lors d’un vote du Conseil d’administration réuni le 19 février dernier.

Ce sont les 32 administrateurs du Conseil ainsi formé qui éliront le Président de l’université, à la majorité absolue de ses membres. Cette modalité de scrutin constituera une nouveauté importante introduite par la loi du 22 juillet 2013. Antérieurement, cette élection ne reposait que sur les seuls membres élus par les différents collèges (enseignants et enseignants-chercheurs, personnels, usagers).

Comme nous l’avons annoncé lors de la campagne électorale, nos élus soutiendront la candidature de Luc Hittinger à la présidence de l’université, seul candidat déclaré à ce stade du processus électoral, pour un renouvellement de son mandat.  Nous appelons d’ores et déjà l’ensemble des membres de notre nouveau conseil d’administration à se rassembler et à soutenir sa candidature pour les raisons suivantes :

  • Sur la base de cette candidature annoncée depuis plusieurs semaines et d’un programme clair et précis, débattu et amendé à l’occasion de la campagne dans le cadre de plusieurs dizaines de réunions électorales, les listes « penser l’avenir, agir ensemble » sont clairement arrivées en tête des élections du 4 février sur les collèges A et B des enseignants et enseignants-chercheurs. Elles disposent, conformément à la loi qui leur a attribué une prime majoritaire de quatre sièges, d’une majorité absolue indiscutable sur ces deux collèges. Il nous apparaît donc de la plus totale légitimité de porter la candidature de Luc Hittinger dans la continuité d’une action politique, héritée des mandats présidentiels précédents, centrée sur l’intérêt général de l’UPEC et l’association, qu’il convient encore de renforcer, des personnels BIATSS et des étudiants à la gouvernance de l’université. Ainsi pourront être créées les conditions du rassemblement nécessaire à l’engagement de cette nouvelle mandature, sur une base enrichie des messages reçus pendant la campagne et qu’il convient de prendre en compte.
  • Face à nos listes qui disposent donc de 8 sièges, les deux listes d’opposition qui se partagent les six sièges restants du collège des enseignants et enseignants-chercheurs (3 pour les listes « Stoppons la fusion » et 3 pour les listes « Quelle gouvernance pour quelle université ? »)  n’ont pas à ce stade annoncé de candidature à la présidence de l’université. L’incertitude qui résulte d’une telle situation nous paraît de mauvais augure pour la gouvernabilité future de l’UPEC : la responsabilité d’un établissement de cette importance ne saurait être de l’ordre d’une improvisation de dernière minute.
  • Le bilan de l’équipe de direction animée par Luc Hittinger pendant quatre ans est pour nous la meilleure garantie de préservation des intérêts de notre université pour les années qui viennent : que ce soit par le maintien des grands équilibres budgétaires, la republication de tous les emplois, la résorption de la précarité pour les personnels contractuels notamment les BIATSS, la recherche de consensus avec les directeurs de composantes et de labos à travers les dialogues de gestion, la réalisation de plusieurs grands chantiers (Bibliothèque universitaire de Sénart, Maison de l’environnement du Campus Centre, nouvelle animalerie en médecine) et l’obtention de nouveaux moyens financiers à l’instar du CPER 2015-2020 (50 millions d’euros obtenus), l’accompagnement de l’accréditation de l’ESPE et la création de la nouvelle école supérieure d’ingénieurs de Paris-Est Créteil, la rénovation de la maison des étudiants et le déploiement du réseau de santé Resus , le développement de l’international et des actions avec les collectivités territoriales (Maison de l’Innovation et de l’Entreprenariat Etudiant à Créteil, maisons de santé universitaires de Coulommiers, Fontainebleau et Torcy), cette équipe a montré son volontarisme, ses compétences et sa capacité à diriger et à développer notre université.
  • Le projet que nous proposons et que Luc Hittinger mettra en œuvre avec l’aide de l’équipe présidentielle est pour nous le seul projet qui porte une ambition à moyen et long terme pour notre université, à travers la volonté que nous avons de participer pleinement à la structuration des dynamiques qui feront le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche de l’Est francilien dans le cadre de la Comue Université Paris Est et par le biais des réponses à des appels à projets du type PIA comme l’Isite.
  • Ce projet est aussi le seul à tracer des perspectives précises pour les enjeux du quotidien dont le scrutin qui vient de se dérouler a montré toute l’importance : simplification et allègement des procédures administratives internes, dialogue social, gestion des carrières, vie de campus, qualité de vie et de travail, accompagnement de la réussite et de l’insertion professionnelle de nos étudiants seront autant de chantiers prioritaires de cette nouvelle mandature.

Forts de ces constats et de la volonté qui nous anime de penser l’avenir et d’agir ensemble pour le bien de tous, nous appelons donc l’ensemble des administrateurs de l’UPEC à soutenir la candidature de Luc Hittinger à la présidence de l’université.

Publicités