Message de Luc Hittinger

Chers collègues et chers étudiants,

A l’issue du renouvellement des conseils centraux de notre université, je souhaite m’adresser à chacun d’entre vous.

Je tiens d’abord à remercier chaleureusement toutes celles et ceux qui ont contribué au très bon déroulement des opérations électorales pourtant toujours plus complexes et lourdes. Cette mobilisation collective est le signe d’une université solidaire, responsable et attachée à sa démocratie interne.

En ce qui concerne les résultats, comme vous le savez, dans un contexte électoral inédit chez les enseignants, avec 3 listes déposées, les listes « Penser l’avenir, agir ensemble » sont arrivées en tête et ont obtenu la majorité des sièges tant dans le collège A que dans le collège B du conseil d’administration.

Si les élus du CA me confient un nouveau mandat de président de l’UPEC, je porterai le projet que ces listes ont présenté à vos suffrages, mais je tirerai aussi les enseignements du vote des 3 et 4 février.

Je suis à cet égard convaincu que la demande d’une plus grande écoute exprimée par les collègues investis dans les actions de formation ou les programmes de recherche et qui attendent plus de simplification administrative, plus de fluidité dans les prises de décision,  et une  plus grande facilité de mise en œuvre des projets est légitime. Il faut dès à présent y répondre. Pour les collègues Biatss, le travail doit être poursuivi pour mieux accompagner une évolution des modalités de travail qui devront être plus collaboratives en soutien aux très nombreux projets que porte avec succès l’administration en central comme dans les composantes. La prise en compte immédiate de ces attentes et de cette demande, essentielle au bon déroulement de nos missions au quotidien, est je le pense tout aussi importante que la préparation de l’avenir et l’affirmation d’une stratégie à long terme.

Je souhaite donc tout particulièrement développer la cohésion et la solidarité au sein de notre communauté, par le dialogue social et en mettant en œuvre une politique de ressources humaines toujours plus volontariste. Cela passe notamment par une amélioration de notre régime indemnitaire, par le repyramidage des fonctions, ainsi que par le développement de la formation continue pour nos collègues BIATSS. Cela repose également sur un accompagnement plus individualisé des enseignants et enseignants-chercheurs au cours de leur carrière, une meilleure prise en compte de leur engagement au service de la collectivité et la reconnaissance plus particulière de leurs initiatives en faveur de la réussite de nos étudiants. Pour mener à bien ces transformations, je souhaite désigner un assesseur en charge du dialogue social.

Je compte aussi répondre aux demandes formulées par les étudiants en matière de réussite universitaire et de développement de la vie de campus. Cela passe par le soutien de tous ceux et toutes celles qui font évoluer leurs pratiques pédagogiques, ainsi que par le développement des outils technologiques favorisant une meilleure appropriation des connaissances. Je sais que la réussite étudiante est aussi liée à la qualité de la vie de campus que nous offrons à nos usagers. Je souhaite donc voir croitre les initiatives étudiantes qui animent notre campus et permettent ainsi le développement de la solidarité et de l’entraide entre étudiants.

L’autre enseignement majeur de ce scrutin est la montée des préoccupations portant sur le processus de création de la nouvelle université. Je la prendrai en compte et j’annoncerai des mesures dans les prochains jours afin de développer la concertation.

Je tiens à ce sujet à réaffirmer mon attachement à une université dotée d’une politique d’établissement, de composantes (UFR, écoles et instituts) et de laboratoires de recherche tous porteurs de projets, disposant de marges de manœuvre financières et associés à la définition des orientations stratégiques de l’université.

Je tiens également à dire ma détermination quant à la totale mobilisation de l’UPEC pour conduire le processus de création de la nouvelle université avec l’UPEM, ainsi que pour reprendre le travail sur la candidature à l’I-site, avec tous nos partenaires de la Comue Université Paris-Est. La recomposition du paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche est en cours : c’est maintenant que nous nous devons de la prendre en compte pour ne pas obérer notre avenir en tant qu’université de plein exercice.

Je suis convaincu qu’une université porteuse des valeurs qui sont les nôtres a toute sa place en Ile-de-France comme aux niveaux national et international. Ces valeurs associent la très grande qualité de la recherche et une offre de formation proposant des voies de réussite à tous les étudiants, de très larges  possibilités de formation en alternance comme en formation continue ; une action au service du développement du territoire et de son rayonnement international ; une université assumant ses engagements envers la société et respectueuse du développement durable. Telles sont les valeurs qui nous distinguent, dont nous sommes fiers et que nous partageons avec l’UPEM.

Je soutiendrai donc avec toute mon énergie la reconnaissance de ce modèle d’université que la création de la nouvelle université continuera d’incarner et surtout, auquel elle donnera des perspectives sur le long terme.

Avec mes très cordiales salutations.

Luc Hittinger

Publicités